De 0 à 6 ans

Le meilleur appareillage pour votre enfant

L’appareillage auditif d’un enfant a des particularités qu’il est important de connaître. En effet, il faut toujours garder en tête que l’enfant, contrairement à l’adulte, utilisera ses appareils auditifs comme un outil d’apprentissage en général, mais aussi de développement du langage et de la parole.

L’essentiel, c’est de pouvoir communiquer ce que l’on pense, dire qui on est.

Les aides techniques

Après le diagnostic, il vous a été conseillé de faire une demande d’appareillage auprès d’un audioprothésiste. C’est au médecin qu’incombe la responsabilité de prescrire des prothèses et de donner à l’audioprothésiste tous les renseignements nécessaires concernant la perte auditive qu’il a constatée (type, degré, audiogramme tonal…).

Des audioprothésistes se sont spécialisés dans l’appareillage de l’enfant et votre choix, le plus souvent guidé par le médecin, doit se porter sur l’un d’eux.
L’audioprothésiste a la charge de choisir la prothèse, de l’adapter et de la régler. Il fait partie de l’équipe spécialisée et est là pour vous conseiller et vous guider. Il doit travailler en collaboration avec les autres membres de cette équipe, tout particulièrement le médecin et l’orthophoniste, assurer un suivi régulier et veiller à la qualité de l’entraînement et du confort auditif de l’enfant.

La prothèse a pour but de compenser partiellement la perte auditive par une amplification adaptée et tente de donner une bonne intelligibilité de la parole.

Il existe aujourd’hui deux types d’aides techniques individuelles :
– une aide externe : les prothèses auditives (appareils de correction auditive)
appelées couramment «les appareils»,
– une aide interne : les implants cochléaires.

Les prothèses auditives

Les prothèses auditives accompagnent la vie quotidienne de votre enfant. Peu à peu, celui-ci les découvre, s’y habitue et les considère comme faisant partie de lui-même. Réjouissez-vous avec lui de cette aide qui lui est ainsi apportée ; manifestez votre contentement lorsque vous les lui mettez, même si les premiers temps vous vous sentez maladroits… cela ne durera pas.

Une prothèse traite les sons environnants à l’entrée de l’oreille. Elle comporte :
– un micro qui capte les sons,
– un circuit électronique complexe qui amplifie, corrige, filtre, écrête les sons,
– un écouteur (le haut-parleur) qui transmet les sons ainsi corrigés au conduit auditif,
– une pile ou une batterie rechargeable pour fournir l’énergie nécessaire au fonctionnement.
Elle est maintenue an place à l’entrée de l’oreille par un embout qui est fabriqué à partir d’un moulage fait par l’audioprothésiste.

L’embout est une partie importante et doit être vérifié régulièrement. Il doit être parfaitement en contact avec le creux de l’oreille et le conduit (sinon l’appareil «siffle», c’est l’effet Larsen) et ne doit pas faire mal à l’enfant.
La qualité de l’embout intervient dans l’efficacité de la prothèse ; il faut le changer assez fréquemment, surtout lorsque l’enfant est petit (l’oreille grandit).
L’amplitude globale est réglable grâce à une molette graduée (potentiomètre).
Le niveau de sortie (quantité de sons offerte à l’oreille) et le degré d’amplification sont réglés par l’audioprothésiste en fonction des besoins de chaque personne sourde.

L’appareil le plus répandu est le contour d’oreille. Le micro est situé au sommet de la prothèse, ce qui le rend directionnel, orientable selon les mouvements de la tête.
Le port de deux contours permet une audition indépendante avec chaque oreille, reconstituant la stéréophonie, l’alerte directionnelle, le choix de l’écoute dans le bruit.

Les implants cochléaires

Apparus il y a une vingtaine d’années, les implants cochléaires relèvent d’une technique totalement différente. L’implant cochléaire n’amplifie pas le son. Il le conduit directement au nerf auditif sous forme d’impulsions électriques, à travers des électrodes implantées dans l’oreille interne.

Un implant cochléaire comporte:

• des parties externes qui captent le son : un microémetteur (comme un contour), un processeur vocal (mini-ordinateur) et un transmetteur
• des parties internes : un décodeur, des électrodes posées sur la cochlée

La technique de l’implant n’est pas généralisable à tous les sourds. Diverses conditions doivent être réunies pour une implantation.

D’autres aides techniques facilitent la vie quotidienne des enfants et adultes sourds,
– par leur fonction d’alerte, comme la transformation des signaux sonores en signaux lumineux (sonnette de porte, sonnerie du téléphone…) ou l’utilisation des vibrations (système d’appel, réveil…).
– par leur fonction de communication comme la transmission par écrit (sous-titrage par exemple).

Le développement technologique des moyens de communication multiplie les offres (informatique, fax…), les personnes sourdes doivent pouvoir s’approprier ces outils pour mieux se repérer, augmenter leurs connaissances et participer à la vie sociale.

 

Source : Lobe