Études supérieures

Les études supérieures pour les personnes sourdes, c’est possible!

Extrait du numéro 215 de la revue Entendre : L’avenir des jeunes, Études et emploi

Centre collégial de soutien à l’intégration de l’ouest du Québec, CCSI-Ouest

Depuis 1982, des accommodements, des services et des mesures d’adaptation permettent aux personnes sourdes ou malentendantes d’accéder plus facilement aux études postsecondaires et d’y réussir. Déjà, une étude réalisée en 1995 a démontré que le taux de diplomation pour ce groupe d’étudiants était comparable à celui de l’ensemble des collégiens.

Nous décrivons dans cet article les services et mesures disponibles dans les collèges de l’Ouest du Québec et enfin, nous donnons quelques indications de la présence de ces étudiants dans les universités montréalaises.

Si le cégep du Vieux Montréal peut témoigner de cette réalité, c’est qu’il accueille des étudiants sourds ou malentendants depuis 34 ans. Il possède une expertise en surdité et il est, par ailleurs, responsable des services d’interprétation visuelle francophone et anglophone dans les cégeps et les collèges privés subventionnés de l’Ouest du Québec et dans les universités montréalaises. En outre, comme il remplit un mandat de Centre collégial de soutien à l’intégration – CCSI pour l’Ouest du Québec, il offre son soutien aux autres collèges pour l’intégration de leurs étudiants en situation de handicap, toutes conditions confondues.

L’admission au cégep

Toute personne désireuse d’étudier au collège doit adresser une demande d’admission au Service régional d’admission du Montréal métropolitain (SRAM) ou au collège privé subventionné de son choix.

L’admission se fait sur la base de la qualité du dossier académique. La condition de la personne sourde ou malentendante n’est pas considérée dans le processus.

Dans tous les collèges, un répondant des Services adaptés a été nommé pour accueillir les étudiants vivant une situation de handicap qui ont besoin de services ou de mesures d’adaptation. Dès leur admission, les étudiants sourds ou malentendants doivent se présenter au répondant de leur cégep s’ils désirent bénéficier d’accommodements.

Entrevue initiale et mise en place des services

Une première rencontre avec l’étudiant permet au répondant d’établir avec lui un plan de services adaptés pour la session. Il peut s’agir d’un service de prise de notes, d’interprétation, de tutorat ou de mesures d’adaptation particulières.

Informations aux professeurs

Si l’étudiant le désire, le répondant enverra à tous les professeurs concernés les informations nécessaires sur la surdité et les services ou mesures d’adaptation qui sont recommandés. La quasi-totalité des étudiants qui reçoivent des services acceptent que leurs enseignants soient mis au courant de leur situation particulière. Si l’accommodement demandé inclut le service d’interprétation, les enseignants seront avisés de la présence d’un autre intervenant dans leur classe et ce, idéalement avant le premier jour de classe.

Prise de notes

Ce service est rendu par un étudiant de la classe qui s’engage à prendre des notes complètes – mais non intégrales – à chacun des cours et à en remettre une copie à l’étudiant sourd ou malentendant.

Interprétation visuelle

Le service d’interprétation est dispensé en langue des signes québécoise (LSQ), en American Sign Language (ASL) ou dans les modes pidgin ou oral. Il peut être dispensé pour tous les cours et pour toutes les activités reliées aux cours comme les visites, les travaux d’équipes, les rencontres individuelles avec le professeur, etc.

Tutorat en français et soutien à l’écriture

Ce tutorat convient aux étudiants qui ont des difficultés importantes en lecture ou en écriture reliées à leur surdité. L’aide peut être apportée par l’intermédiaire des Centres d’aide en français et, au besoin, un service d’interprétation est offert. Au cégep du Vieux Montréal, par exemple, le service se donne sur une base hebdomadaire et il est prescrit après une évaluation par un enseignant de français.

Système d’amplification MF

Aux études supérieures, le système d’amplification MF n’est pas fourni par les établissements. L’étudiant qui désire l’utiliser doit en faire la demande à la Régie d’assurance maladie du Québec (RAMQ).

Dans l’attente de le recevoir, un système d’amplification MF peut lui être prêté par le collège. Services aux étudiants : orientation et choix de carrière, psychologie, aide financière, placement étudiant, etc.

Les mesures d’adaptation pour l’Épreuve uniforme de français (EUF)

Des mesures d’adaptation sont autorisées par le Ministère de l’Éducation pour la passation de l’EUF. Cette épreuve est déterminante pour l’obtention du diplôme d’études collégiales (DEC). En plus du temps supplémentaire, les étudiants peuvent utiliser des ordinateurs équipés de logiciels spécialisés. Les textes à analyser et les consignes sont également interprétés en LSQ ou en pidgin.

Les mesures d’adaptation pour les cours de la formation générale

Parmi les cours de la formation générale, ceux de français, de philosophie et d’anglais posent parfois des défis particuliers aux étudiants vivant avec une surdité. Les cours de français et de philosophie impliquent une bonne maîtrise de la langue française. La communication orale figure parmi les compétences à atteindre dans les cours d’anglais. Lorsque des étudiants sourds ou malentendants éprouvent des difficultés dans ces cours, ils doivent en parler à leur répondant afin qu’il puisse proposer des mesures qui soutiendront leur réussite. Le cégep du Vieux Montréal organise des groupes dits homogènes d’étudiants sourds ou malentendants pour les cours de français et de philosophie depuis 1982, et pour les cours d’anglais depuis 1997. L’homogénéité des groupes fait référence à leur composition, soit uniquement des étudiants sourds ou malentendants, qui viennent parfois d’autres cégeps, par le biais de commandites. L’enseignement est offert en tenant compte de la problématique de la surdité tout en visant l’atteinte des standards du MELS. La petitesse des groupes permet de respecter le rythme d’apprentissage des étudiants. Le service d’interprétation visuelle, LSQ/ français et en mode oral ou pidgin, est présent dans les groupes de français et de philosophie. En ce qui concerne les cours d’anglais, ils sont dispensés par un professeur qui maîtrise l’anglais parlé et l’American Sign Language (ASL) et la communication est adaptée en fonction des étudiants inscrits dans ce cours.

Conclusion

Les études supérieures sont à la portée des étudiants sourds ou malentendants qui désirent s’y engager. Des services diversifiés existent au collégial comme à l’université pour ceux et celles qui en ont besoin. Les personnes qui obtiennent leur DEC ou leur baccalauréat démontrent que la réussite est aussi au rendez-vous!