Actualité

Le samedi 23 octobre 2021 a lieu le tout premier forum social virtuel de l’AQEPA – « Pour l’accès à l’éducation des élèves ayant une surdité » – organisé en partenariat avec trois chercheurs : Sylvain Letscher (UQAR) et Audrey Dupont (UQAR) et France Beauregard (UdeS), ainsi qu’avec Yves Blanchette (Multi Groupe Conseil).

Contrairement à une formule conférence/atelier où des acteurs agissent en tant qu’experts pour faire réfléchir les participants, l’objectif, ici, était tout le contraire : ce sont les discussions des participants qui ont permis de faire réfléchir sur la mise en œuvre des solutions proposées.

Cette journée a permis de rassembler plus de trente participants aux profils variés : des jeunes adultes vivant avec une surdité, des parents, des ressources régionales et des conseillers pédagogiques, des interprètes et des enseignants.

Revenons brièvement sur le déroulement de cette journée et les échanges qui en sont ressortis… et les suites qui sont à envisager.

Les problématiques

La journée s’est ouverte avec les témoignages de Jérôme Blanchette, un jeune adulte membre de l’AQEPA, et de son père Yves, autour de leurs souvenirs et des moments-clés qui ont ponctué le parcours scolaire de Jérôme. Durant l’avant-midi, les participants ont été invités à réfléchir en sous-groupes sur les problématiques, les difficultés, les défis et les besoins des jeunes vivant une surdité et d’en nommer les causes lorsque c’était possible. Les thématiques traitées étaient en lien avec :

  • – le milieu scolaire (= autour de l’enfant) : le plan d’intervention, le plan de services, les ressources disponibles, les accommodations et mesures de soutien, services de garde, interprétation, transitions, matières obligatoires, vision de la réussite
  • – le milieu familial (= autour de la famille) : le soutien parental, le soutien aux jeunes la transition vers la vie active, la vision de la réussite, la langue et les modes de communication, le choix scolaire
  • – le milieu professionnel (= autour des professionnels) : le  soutien aux professionnels, l’interprétation, la formation et sensibilisation, le milieu de la réadaptation.

À la suite de ces discussions, les participants se sont retrouvés en plénière et une personne désignée dans chacun des groupes rapportait les points jugés prioritaires.

Ces différentes priorités ont été regroupées sous 5 axes :

  • – le soutien aux personnes
  • – le soutien aux professionnels
  • – la sensibilisation et le partage d’informations
  • – la continuité des services
  • – le parcours académique

Les pistes de solution

En après-midi, les participants sont retournés en sous-groupes afin de travailler sur des pistes de solutions autour d’au moins 3 des 5 axes, en déterminant les écarts à combler entre la situation actuelle et l’idéal souhaité tout en identifiant les personnes ou les organisations pouvant agir pour mettre en place ces solutions.

Ces pistes de solutions devaient être SMART : spécifiques et simples, mesurables, atteignables et suscitant l’adhésion, réalistes et définies dans le temps.

Les discussions ont été mises en commun lors de la dernière plénière de la journée.

Certains éléments sont ressortis à plusieurs reprises :

  • – la reconnaissance et la valorisation des professionnels et professionnelles (notamment des interprètes)
  • – la nécessité de sensibiliser l’ensemble du milieu scolaire sur la surdité, ses impacts et la diversité des besoins des jeunes.
  • – la nécessité de créer des liens : entre les jeunes, entre les professionnels, entre les milieux.

Les échanges ont été riches, respectueux et complémentaires ; les points de vue, les choix, les vécus et les expertises de chacun et chacune ont permis de décrire la grande diversité des besoins des jeunes vivant avec une surdité au Québec.

Et après?

Il est temps à présent d’aller plus loin dans l’analyse. Nous reviendrons en profondeur, dans les prochaines semaines sur les discussions de la journée, puis nous explorerons ultérieurement les pistes de solutions à envisager, via différents moyens de consultation : focus groups, sondages, entretiens.

Restez vigilants! Nous annoncerons début 2022 les suites de cette démarche qui permettra de rédiger un rapport solide comportant des recommandations qui seront remises aux instances gouvernementales.

Nous remercions l’Université du Québec à Rimouski, Sylvain Letscher, Audrey Dupont, France Beauregard, Marie-Josée Richard et Yves Blanchette pour l’animation des discussions, ainsi que Claudie Robichaud, Marie-Luce Carrier, Lyne Larrivée, Daphné St-Laurent et Kathy Guilhempey pour la prise en notes des échanges.

Par Claire Moussel, AQEPA Provinciale
Révision Audrey Dupont

 

Skip to content