La réadaptation

La conscience phonologique

Extrait du numéro 189 de la revue Entendre: Entre autres, la résilience…

Caroline Van Winden
Orthopédagogue

Comment le travailler à la maison ?

Avant même d’apprendre l’alphabet, votre enfant doit prendre conscience que les mots du langage sont formés d’unités plus petites, soit de syllabes et de phonèmes. Les phonèmes sont les sons que produisent les lettres dans notre système d’écriture alphabétique. Ceci dit, cette conscience que doit acquérir votre enfant s’appelle la conscience phonologique. Comme la conscience phonologique n’est pas facilement accessible à tous les enfants, il est important d’en commencer l’apprentissage dès la maternelle.

Des études ont d’ailleurs démontré que le niveau de conscience phonologique des enfants d’âges préscolaires est un indicateur important en ce qui concerne le succès de l’apprentissage de la lecture lors de la première année. En somme, les enfants qui ont de bonnes compétences en conscience phonologique auront plus de facilité à apprendre à lire et à écrire comparativement à un enfant avec lequel on n’a jamais travaillé cette habileté.

Dans les lignes qui suivent, je vous donnerai quelques jeux et activités que vous pourrez faire avec votre enfant à la maison. Ces activités s’adressent davantage aux enfants d’âges préscolaires et de première année.

Toutefois, si votre enfant est plus vieux et qu’il éprouve d’importantes difficultés à lire ou à écrire, ces jeux pourront certainement lui être bénéfiques. Parlez-en avec son enseignant(e) et il ou elle saura vous dire si votre enfant est au stade de travailler la conscience phonologique ou pas. En terminant sur ce point, je tiens à préciser que la réussite des activités que je vais vous proposer tient en la régularité et non au nombre de fois qu’elles sont réalisées. En effet, il est beaucoup plus important d’installer ces jeux dans la routine de votre enfant et de les faire régulièrement que de les faire souvent pendant un court laps de temps.

Jeux et activités à faire avec le prénom de votre enfant

Tracer son prénom avec son doigt

Ce premier jeu est réalisé dans le but d’aider votre enfant à reconnaître les lettres qui composent son nom. Vous devez tout simplement écrire son nom en gros sur une feuille de papier afin de permettre à votre enfant de pouvoir tracer les lettres avec son doigt. Lors de cette première étape, il est important de s’assurer que votre enfant trace ses lettres dans le bon sens. Si votre enfant commence tout juste à apprendre à écrire son nom, vous pouvez, sur chaque lettre faire des flèches afin de lui dire dans quel sens commencer ses lettres.

N.B. Lorsque vous reprenez votre enfant parce qu’il ne fait pas ses lettres dans le bon sens, il est important de ne pas le réprimander. Par exemple, vous pouvez lui dire : « Regarde, si tu fais ta lettre de cette façon, ce sera plus facile pour toi, etc. »

Tracer son nom avec un crayon

Une fois que votre enfant aura tracé correctement son nom avec son doigt, vous pouvez l’inviter à essayer avec un crayon. Si certaines lettres sont difficiles à faire avec un crayon, vous n’avez qu’à dire à votre enfant qu’il peut se référer à son modèle. Mentionnons qu’au début de cet apprentissage, il peut être intéressant d’écrire le nom de votre enfant en pointillés afin qu’il n’ait qu’à le retracer.

N.B. Le but de cet exercice est que votre enfant en arrive à écrire son nom sans modèle.

Reconnaissance des lettres du prénom de votre enfant

Sur une feuille de papier, écrivez plusieurs lettres mélangées, et ce, autant en majuscules qu’en minuscules. Demander à votre enfant de reconnaître une lettre en particulier qu’il retrouve dans son prénom et de la nommer par son nom. Travaillez une seule lettre à la fois, plus ou moins une semaine par lettre, dépendamment du rythme d’apprentissage de votre enfant. Il est important qu’une lettre soit bien acquise avant d’en introduire une deuxième. Ceci dit, je vous suggère de travailler les lettres dans le même ordre qu’elles apparaissent dans le prénom de votre enfant. Par exemple, pour « Marie », on va commencer par travailler le « M », le « a », le « r » et le « i », pour terminer avec le « e ».
Lorsque le contexte s’y adonne, par exemple, lorsqu’il regarde un livre, voire une circulaire d’épicerie, demandez à l’enfant d’essayer de repérer la lettre que vous êtes en train de travailler avec lui. Exemple : « Est-ce que tu te rappelles la lettre que l’on a apprise ensemble cette semaine ? (Si l’enfant ne s’en souvient pas, on peut lui rafraîchir la mémoire.) On va essayer de la trouver ensemble dans le livre, etc. »

N.B. Toujours essayer de garder une « ambiance » de jeu !

Placer les lettres du prénom de votre enfant dans le bon ordre

Sur une feuille ou un carton, écrivez ou faites écrire par votre enfant les lettres de son nom. Ensuite, découpez-les et mélangez-les. Votre enfant n’aura alors qu’à les replacer dans le bon ordre. Si au début votre enfant éprouve beaucoup de difficultés à replacer les lettres de son prénom dans le bon ordre, vous pouvez lui suggérer de se référer à son modèle. Toutefois, il serait important qu’il en arrive, avec la pratique, à le faire sans modèle.
Les jeux d’écoute

L’écoute des sons

Ce jeu est simple. Il suffit à l’adulte de faire différents bruits, un à la suite des autres, et l’enfant doit les reconnaître.
Exemple de bruits qui peuvent être faits :

  • Taper sur un mur
  • Écrire sur une feuille
  • Tousser
  • Fermer un livre
  • Clouer
  • Remuer une cuillère dans un verre
  • Ouvrir un tiroir
  • Taper des mains
  • Aiguiser un crayon
  • Sautiller
  • Taper du pied
  • Se moucher
  • Claquer des doigts
  • Déchirer une feuille de papier
  • Manger des croustilles
  • Manger une pomme
  • Etc.

Pour la première fois, l’adulte fait un bruit à la fois et l’enfant doit, les yeux fermés, le reconnaître.

Lorsque l’enfant a reconnu tous les bruits une première fois, l’adulte peut en faire deux de suite, et l’enfant doit les nommer dans le bon ordre.

Lorsque l’adulte voit que l’exercice devient trop facile pour son enfant, il augmente le nombre de bruits. Ceci dit, l’enfant doit toujours nommer les bruits dans l’ordre dans lequel ils sont produits.

N.B. Ce jeu peut être fait une fois par semaine. Il est important de changer constamment les bruits produits afin de faire en sorte que votre enfant développe sa capacité d’écoute et non sa mémorisation. Lorsque l’enfant réussit à identifier facilement 5 ou 6 bruits de suite, on peut passer à un autre jeu.

Le réveil caché

L’adulte cache un réveil ou un chronomètre qui fait « tic-tac » dans une pièce.
L’enfant a les yeux fermés (avec un bandeau ou un foulard) et il doit, en écoutant attentivement, dire où est caché le réveil.

N.B. Il est important de s’assurer de choisir une pièce dans la maison qui est calme et où l’enfant pourra se concentrer facilement afin de repérer le bruit du réveil.
Assurez-vous de commencer à cacher le réveil dans des endroits relativement faciles pour l’enfant. Ne commencez pas par des endroits trop difficiles parce que vous risquez alors de décourager votre enfant.

Colorier un dessin selon des consignes précises

L’enfant choisit un dessin qu’il a envie de colorier.
L’adulte donne des consignes précises à l’enfant.
Ex.1 : Pour le dessin d’une fleur
L’adulte : « colorie la tige en vert », « colorie un pétale sur deux en rouge », « colorie le milieu de la fleur en jaune », etc.
Ex. 2 : Le jeu peut aussi se faire sous forme d’histoire.
L’adulte : « Il était une fois une jolie fleur qui avait une belle tige verte. Ses pétales étaient roses et rouges. Au centre de ses magnifiques pétales, on y retrouve un beau cercle jaune… »
Donc, l’enfant doit colorier en écoutant bien les consignes.

N.B. Faire cet exercice une fois par semaine.

Une infinité de jeux

Avant de terminer, je tiens à mentionner que l’univers de la conscience phonologique est très grand et qu’il ne contient pas seulement les jeux que je vous ai proposés (…). En effet, beaucoup d’autres jeux peuvent être faits afin d’améliorer le degré de compétence en conscience phonologique de votre enfant. Toutefois, soyez assuré que si votre enfant en est au début de ses apprentissages scolaires, ces exercices lui seront certainement bénéfiques. Alors, n’hésitez pas à prendre du temps avec votre enfant et à jouer avec lui afin de développer sa conscience phonologique.

Référence:
Ses yeux « parlent », Journal de l’Association québécoise pour les enfants atteints d’audimutité (dysphasiques), Troisième trimestre 2005, volume 22, décembre 2005