Vivre avec la surdité

Le sous-titrage…est-ce vraiment si « cool » que ça ?

top_sous-titrage_cool

Extrait du numéro 157 de la revue Entendre: Discours en double ou double discours

Sara Choquette
14 ans, Montréal

« Bien sûr que oui! », diront certains parents.
« Cela permet à mes enfants de regarder leurs émissions favorites sans me demander à toutes les deux minutes : Qu’est-ce qu’il a dit, le gros bonhomme? ».
Mais! Il y a un mais, et c’est un gros mais.

Tout n’est pas parfait

Le sous-titrage (appelons-le décodage, pour faire plus court), le décodage, donc, n’est pas aussi satisfaisant qu’il en a l’air. Il y a beaucoup de personnes, particulièrement des sourds, qui ont un retard en français (ce qui est fréquent) qui se plaignent que le sous-titrage défile beaucoup trop rapidement pour eux, et aussi pour les enfants.

Pensez-vous qu’un gosse de cinq ou six ans soit capable de lire une phrase complète et de la comprendre en 3 secondes, avant de passer immédiatement à une autre! Ayoye, mettez-vous à leur place! Moi, heureusement, j’ai appris à lire très rapidement, et je passe à travers près de trois livres par jour, donc le sous-titrage ne me pose pas grand problème. Mais il n’en est pas ainsi pour tout le monde, loin de là! La plupart des sourds profonds ont de très grandes difficultés en français, dues à la grammaire de la LSQ. Alors, ils passent beaucoup de temps à se demander quel est le sens de telle ou telle phrase, et manquent la moitié de l’histoire.

D’autres trouvent le vocabulaire trop enrichi, avec des mots tels que « embaumer », « irrigation », et même « anticonstitutionnellement » (ouf!) Eh oui ! J’ai déjà vu ce mot à plusieurs reprises dans des émissions écoutées des sourds…et moi-même, j’ignore le sens de cet immennnnnnse mot, alors je me retrouve bien mal prise quand ma gang de sourds me demande sa signification. D’autres personnes ont dit qu’avec le sous-titrage, elles ne pouvaient regarder l’image en même temps que les phrases défilent au bas de l’écran.

Des améliorations possibles

Elles disaient qu’avec la technologie, on devrait trouver un moyen pour mettre le texte hors de la télé, pis de le mettre juste au-dessus, histoire de pouvoir capter l’image en biais (personnellement, je ne vois pas de différence pour en haut et en bas, mais il y en a que ça dérange!).

On m’a dit qu’on devrait remplacer nos vieux procédés de sous-titrage pour la technique moderne des DVD, où, paraît-il, on peut choisir la couleur, la police et le degré de difficulté du texte. Eh oui! On pourrait passer des phrases des plus compliquées à de petits résumés au texte primaire. Je n’ai jamais essayé, mais dites-vous bien que je vais essayer de convaincre mes parents de s’en procurer un. D’autant plus que tous, tous, tous les films sont décodés sur DVD, et non sur vidéocassette.

Un accès à tous les films

D’ailleurs, cela m’amène à un autre sujet. Pourquoi est-ce que tous les films en anglais sont sous-titrés, et que seulement environ un sur trois en français l’est? Beaucoup de mes amis interrogés sont frustrés à cause de ça…et moi aussi! Il faut toujours demander à maman ou papa ou la grande sœur ce qu’il s’est passé, qu’est ce qu’il a dit, pourquoi tatata…ça énerve tout le monde ! Dans un cinéma aussi, on devrait y mettre le décodage, tout serait bien plus simple!

Alors, je vous laisse sur ces mots, et sur d’autres : vous autres, les parfaits entendants, comprenez-vous quelque chose au texte fourni lors des spectacles, nouvelles et émissions en direct? Pas moi!