Documentation et témoignages

Les enjeux de l’implantation précoce

Extrait du numéro 184 de la revue Entendre : L’implant cochléaires, de plus en plus présent

Suzie Gobeil et Isabelle Harvey
Orthophonistes au programme déficience auditive et implant cochléaire de l’IRDPQ à Québec

Le dépistage de la surdité chez les enfants se fait de plus en plus précocement. Ainsi, les enfants sont référés beaucoup plus tôt au Programme Québécois pour l’implant cochléaire. Ceci a amené l’équipe à revoir ses positions par rapport à la limite d’âge inférieure pour l’implantation. Le relevé des articles publiés sur le sujet démontre de façon évidente que les équipes à travers le monde sont favorables au fait d’implanter des enfants de plus en plus jeunes. Cette révision à la baisse de l’âge d’implantation a des effets sur les résultats attendus, mais aussi des implications sur le plan clinique.

Dans la littérature

Un consensus ressort dans la littérature quant aux bienfaits de l’implantation précoce. On mentionne entre autres, une amélioration du rythme d’acquisition du langage et la présence d’une parole plus naturelle. On relève également une diminution de l’écart entre les manifestations langagières des enfants porteurs d’implants et celles de la moyenne des enfants entendants. Cette évolution s’explique par différents facteurs dont la stimulation auditive précoce induite par l’implant cochléaire qui soutient la maturation des voies auditives. Elle permet ainsi aux jeunes enfants d’exploiter de façon optimale la période critique de développement neural pour le développement du langage oral. D’autres recherches s’attardent quant à elles à l’importance d’une stimulation adaptée dans tous les milieux de vie de l’enfant.

Importance de la stimulation

Certains enfants ne peuvent, pour diverses raisons, bénéficier d’un suivi en orthophonie avant de recevoir un implant. Il importe malgré tout de leur offrir une stimulation adaptée pour permettre le développement de la communication. Ainsi, le parent pourra s’adresser à l’enfant en modifiant son intonation, en ajoutant des expressions faciales, des gestes naturels, voire des signes. Toutes ces modifications permettront à l’enfant d’avoir un meilleur accès au monde qui l’entoure et de poser les premiers jalons du développement du langage. L’enfant sera ainsi d’autant plus prêt à interpréter la nouvelle information amenée par l’implant.

Après l’implantation

L’implantation précoce entraîne des ajustements au plan de l’intervention. Cette dernière s’orientera davantage autour du parent qui occupe une place prépondérante, du fait du jeune âge de l’enfant. Le parent a besoin des repères fournis par l’orthophoniste pour avoir des attentes ajustées et offrir une stimulation adaptée. Il est important d’aider le parent à développer des habiletés d’observation et de stimulation adaptée à la nouvelle réalité de l’enfant. L’évolution du mode de communication est aussi un élément-clé qu’il convient de gérer avec beaucoup de finesse. Par exemple, utiliser des signes alors que l’enfant comprend déjà le mot en auditif n’est pas conseillé, alors qu’employer un mot ou une phrase trop complexe oralement peut induire un bris de communication.

Il est essentiel de créer une étroite collaboration entre l’orthophoniste et la famille pour favoriser une stimulation adaptée. De même, la consultation fréquente des autres membres de l’équipe s’avère primordiale. Par exemple, l’audiologiste offrira de précieux renseignements quant aux habiletés auditives et aux façons d’aider l’enfant à exploiter son implant dans le quotidien. Le partage de toute cette information et des conseils, ainsi que leur généralisation aux autres milieux de vie de l’enfant (ex: milieu de garde) assurera une stimulation optimale.

À travers les aspirations qu’autorisent une implantation précoce et les observations souvent prometteuses qui sont citées dans les recherches, on ne doit pas perdre de vue que l’enfant a encore besoin de services adaptés et continus. La présence de tous ces facteurs favorables permettra à l’enfant porteur d’un implant cochléaire d’exploiter au maximum ce nouvel outil et ainsi avoir toutes les chances de développer son plein potentiel.