Spécialistes et intervenants

Profession audiologiste

Extrait du numéro 208 de la revue Entendre : Les métiers de la surdité

Diane Blais
Audiologiste Centre de réadaptation La Maison

Définition

L’audiologiste est le professionnel de la communication qui étudie, examine, évalue et traite les troubles de l’audition et qui utilise les moyens de suppléance requis (définition de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec). Il peut travailler dans plusieurs milieux : les centres de santé et de réadaptation, les cliniques privées, la santé publique, etc. Dans les prochaines lignes, je vous exposerai brièvement mon expérience.

La pratique

J’ai d’abord travaillé au Centre de santé et services sociaux de Rouyn-Noranda (CSSS RN). Mes tâches consistaient en l’évaluation de l’audition de la clientèle de tous âges. Dans un tel milieu, l’audiologiste est confronté à tous les problèmes auditifs possibles… Être efficace face à cette panoplie de problématiques et faire les recommandations appropriées à chaque client est en soi un énorme défi! J’ai été rapidement interpellée par le diagnostic précoce de la surdité chez l’enfant. Suite à une collaboration entre les audiologistes, l’ORL et le service d’électrophysiologie, tous les bébés nés au CSSS RN depuis janvier 2000 sont soumis au dépistage de la surdité par potentiel évoqué à intensité fixe.

En plus de nous permettre d’identifier plus rapidement la surdité chez l’enfant, le dépistage a sensibilisé les médecins à la surdité et ils réfèrent les enfants de plus en plus jeunes en audiologie. Par contre, l’annonce d’un dépistage anormal aux parents d’un nouveau-né est très difficile. Lorsqu’on annonce une surdité chez un enfant de 2 ou 3 ans, même si le parent n’est jamais prêt à un tel diagnostic, celui-ci a souvent des doutes sur l’audition ou s’inquiète du développement du langage de son enfant. Le parent du nouveau-né n’a pas eu le temps de faire ce cheminement, il n’a pas vu les conséquences de la surdité avant d’avoir le diagnostic. Il faut faire attention à ne pas briser le moment merveilleux d’une nouvelle naissance tout en convainquant le parent que son bébé présente un problème assez sérieux pour qu’il s’investisse dans la poursuite du diagnostic et éventuellement dans la réadaptation. L’intervention interdisciplinaire est d’autant plus importante dans ce contexte et sera à développer.

Centre de réadaptation

Je travaille maintenant depuis quatre ans au Centre de réadaptation La Maison, qui offre des services à toute la clientèle qui présente une déficience auditive sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue. Comme la tâche et le territoire sont immenses, mes services sont en priorité offerts aux clients ayant reçu un implant cochléaire et aux enfants.

Un de mes buts est de m’assurer que l’enfant puisse utiliser au maximum ses restes auditifs. Que ce soit en m’assurant que l’appareillage est adéquat, en faisant de l’entraînement auditif, en soutenant l’enfant et les parents dans l’utilisation de différentes aides de suppléance à l’audition, en outillant les gens qui gravitent autour de l’enfant, je dois tenir compte des besoins réels de chacun. La collaboration avec l’audioprothésiste est primordiale, les échanges avec l’orthophoniste sont essentiels, ainsi que le travail étroit avec les éducatrices spécialisées. Mais le premier intervenant est le parent. C’est lui qui connaît son enfant, qui vit au quotidien avec lui et qui aura le plus d’impact sur l’avenir de celui-ci.

L’utilisation de plusieurs tests diagnostiques plus précis, la déconcentration de la réadaptation fonctionnelle intensive post-implant cochléaire, l’évolution continuelle des aides de correction auditive, le dépistage précoce de la surdité, le vieillissement de la population, le nombre de plus en plus élevé de surdités associées au bruit sont autant de défis qui se présentent actuellement à l’audiologiste. Le plus grand défi est de mettre tous les outils et toutes nos connaissances au service des gens présentant une surdité, en respectant la spécificité de chacun et ses besoins selon ses habitudes de vie.