Vie scolaire

L’école St-Jude

Extrait du numéro 214 de la revue Entendre : La surdité en milieu scolaire

Kathleen Bull, MOA, O(C), orthophoniste et coordonnatrice du service d’orthophonie

L’école St-Jude est une école primaire à mandat régional en déficience auditive pour la Montérégie. Elle peut recevoir à temps plein les élèves des 9 commissions scolaires de cette grande région, et ce, dès l’âge de 4 ans.

Sa mission est de préparer le jeune à retourner, dès que cela est possible, dans l’école de sa commission scolaire qui répond le mieux à ses besoins, dans un cheminement ordinaire ou adapté.

Cette intégration peut se faire à différents moments, tout au long du parcours préscolaire et primaire.

L’école St-Jude partage les mêmes lieux physiques qu’une école dite ordinaire, l’école Du-Curé-Lequin, offrant aux élèves de vivre des moments d’intégration au quotidien. De plus, elle donne accès à un local pour que des audiologistes du Centre Montérégien de Réadaptation puissent assurer un suivi.

Les élèves intégrés dans la commission scolaire Marie-Victorin bénéficient de services en orthophonie et en orthopédagogie qu’ils soient au préscolaire, au primaire ou au secondaire. Chaque commission scolaire a sa propre offre de services pour la clientèle avec une déficience auditive, une fois que l’élève est intégré.

Les critères d’admission

Pour être admissible à l’école St-Jude, l’élève doit présenter une perte auditive répondant aux normes du MELS pour recevoir un code 44 tout en ayant des besoins en lien avec la déficience auditive. De plus, l’école doit être en mesure de répondre aux différents besoins de l’enfant.

La référence à l’école St-Jude fait suite à une demande de la commission scolaire d’origine si cette dernière croit que l’école St-Jude est la meilleure ressource pour l’élève.

Le cheminement scolaire

Une fois accepté, l’enfant fréquente l’école à temps plein, dans des classes où il y a un maximum de 7 élèves sourds.

L’enseignante a une préoccupation langagière dans son enseignement et adapte ses interventions pour favoriser le développement langagier.

Avec l’aide des orthophonistes et de l’audiologiste, elle introduit ou consolide l’utilisation d’un système MF. Pour permettre un meilleur accès à la langue parlée, la langue française parlée complétée (LPC) est utilisée et enseignée aux élèves à travers un usage quotidien, mais aussi à l’aide d’activités ciblées d’apprentissage.

Les parents sont fortement encouragés à suivre une formation en LPC offerte le soir aux familles et intervenants en lien avec les jeunes avant l’entrée à l’école ou une fois à l’école et ce, à l’automne et au printemps. Pour les cours d’anglais à partir de la 1ère année, le Cued English est également utilisé et enseigné aux élèves dans le but de faciliter son apprentissage.

À l’entrée scolaire, les parents sont contactés par l’orthophoniste et l’audiologiste pour préciser leur suivi hebdomadaire individuel ou en petits groupes, de même qu’en classe. Les parents sont invités à venir assister chaque semaine aux interventions, surtout quand l’enfant est jeune. Si cette participation est vraiment impossible, l’orthophoniste, l’audiologiste et les parents s’entendent sur comment réinvestir le travail fait en intervention.

Quand un enfant arrive à l’école St-Jude à 4 ans, son cheminement scolaire n’est pas tracé d’avance.

Toutefois, dès le préscolaire et tout au long du séjour à St-Jude, l’intégration est en toile de fond. L’expérience acquise avec nos élèves déjà intégrés permet de mieux situer les éléments actuels à travailler, mais également ceux à venir. Les intervenants tentent de définir les besoins et de préparer le passage de l’école spéciale à l’école dite « ordinaire » en se questionnant sur : Quand intégrer? À quel niveau scolaire? À quel cycle? Avec quelles aptitudes? Où? Avec ou sans interprète LPC?

La décision d’intégrer un élève dans son école de quartier ou dans une autre école qui répond mieux à ses besoins doit tenir compte de différents facteurs qui sont discutés en équipe. Afin de mieux préparer à l’intégration, des services en orthopédagogie sont offerts lorsque nécessaires.

Une interprète LPC fait également partie de l’équipe St-Jude. Elle aide à préciser les besoins d’accès à l’information des élèves en faisant des activités de sensibilisation ou d’apprentissage à l’utilisation d’une interprète. Afin de coordonner le travail de tous les intervenants (incluant les parents), un plan d’intervention est fait à l’automne et sa révision, en mars. Dans la mesure du possible, nos partenaires participent à ces rencontres ou sont consultés en cours d’année.

Le but d’un plan d’intervention est de dégager des objectifs prioritaires en fonction de l’année scolaire en cours et de préciser comment chacun contribuera à l’atteinte de ces objectifs.

Processus d’intégration

L’adaptation à la déficience auditive implique une acceptation de faire ce qui doit être fait en raison de la surdité, mais aussi une capacité à gérer ces actions. Ainsi, la gestion de l’appareillage doit viser l’autonomie dans la mise en place des appareils (personnels ou MF) et dans le signalement des mauvais fonctionnements.

L’acceptation passe également par la reconnaissance de ses besoins d’accès à l’information (recours au LPC et utilisation d’un interprète, par exemples) de même que la capacité d’aviser des bris de communication (perte d’information, incompréhension,…). La construction de l’identité est un processus non linéaire qui peut rendre le jeune plus fragile lors d’une intégration où il est souvent le seul avec une déficience auditive. Certains élèves vivent très difficilement la perte du « groupe ».

Il importe alors de considérer toute la dimension d’adaptation à la déficience auditive tout au long du parcours scolaire et lors de l’intégration, car elle peut être déterminante dans la réussite.

Une référence au service de psychologie du CMR est faite lorsque les besoins se manifestent, que ce soit lorsque l’élève est à St-Jude ou dans son école de quartier.

Afin de préparer l’intégration dans l’école de quartier, différentes formules sont possibles. L’élève peut faire un passage à l’école du Curé-Lequin pour une année ou deux, pour certaines matières ou à temps plein, seul ou avec son groupe, assurant une transition vers une classe similaire à celle où l’élève serait intégrée.

Une intégration personnalisée

Cette intégration « transitoire » permet, entre autres, de soutenir un élève de façon plus étroite, de clarifier les besoins, de permettre à l’enfant de s’habituer au rythme d’une classe ordinaire et d’apprendre à utiliser de façon optimale une interprète LPC. Même si cette pratique est courante, certains élèves peuvent passer de l’école St-Jude à l’école de quartier sans que cela ne pose problème.

L’accompagnement lors de l’intégration dans la commission scolaire prend différentes formes, mais les intervenants sont généralement rencontrés pour expliquer les besoins et assurer un passage harmonieux. L’élève peut également vivre des activités dans la future école avant sa fréquentation, histoire de se familiariser avec les lieux et possiblement établir des liens avec d’autres élèves. Les enjeux en lien avec la surdité sont nombreux et évoluent avec les années.

La réussite scolaire, quelle qu’elle soit, demeure un objectif visé pour tous, à la mesure des capacités de chacun.

Non seulement elle ne s’exprime pas de la même façon pour tous, mais les moyens pour y arriver, varient également. Il n’en demeure pas moins que le développement du langage, l’accès à l’information, le traitement de l’information et la gestion de la surdité sont des constantes dans les préoccupations.

Pour en savoir plus : Cliquez ici